L’écolieu Oasis de Lentiourel est un laboratoire où se réalisent des expériences sans doute pionnières – comme le fait déjà de vivre en collectif à notre époque si individualiste, d’avoir une structure juridique innovante sans propriétaires même de parts, de cultiver nos légumes en permaculture, d’accueillir des stages ouvrant souvent de nouvelles perspectives de vie, d’apprendre à faire les choses bénévolement, pour le bien commun, avec joie… – expériences demandant de faire un travail sur soi pour pouvoir les assumer et n’ayant pas toujours abouti…
De forts moments y ont eu lieu, de belles rencontres s’y font aussi très souvent.
Est-ce l’intensité qui s’en dégage qui attire aussi des personnes malveillantes ?
Toujours est-il que l’Oasis de Lentiourel a été la cible depuis l’an dernier de diffamations qui l’ont traitée de « secte dangereuse », gouvernée par des « gourous » mal intentionnés.
 Ces diffamations, pour lesquelles nous avons porté plainte, ont engendré une méfiance de toutes parts, sur le web où elles circulent sur YouTube, sur les différents réseaux, et à Saint-Affrique même.
La personne responsable de ces actes, Hidgi Chuan, de son vrai nom Alain Étienne Schmitt, a été condamné à cinq ans de prison il y a quelques années en tant que « gourou » de la secte Minh Vacma dans laquelle il extorquait et maltraitait ses adeptes.
 Depuis, il se prétend « lanceur d’alertes », se donnant le rôle de débusqueur de « sectes », en s’attaquant par ses vidéos à des mouvements spirituels ou alternatifs qui l’ont souvent entraîné en justice et ont obtenu des dommages et intérêts, car, comme à l’encontre de l’Oasis de Lentiourel, Hidgi Chuan utilise le mensonge sans réserve pour faire du sensationnel avec ses vidéos.
Pourquoi Hidgi Chuan s’attaque à l’Oasis, alors qu’elle n’était que le lieu d’accueil d’un stage, dont elle n’était même pas l’organisatrice ?
 L’argument que brandit Hidgi Chuan dans ses vidéos à l’encontre de l’Oasis, est que nous avons accueilli en juillet 2017 un « processus pranique » de 21 jours, pendant lequel les participants boivent simplement de l’eau puis des jus de fruits plus ou moins dilués selon leur convenance dans le but de se nettoyer et d’alléger leur corps et ainsi s’ouvrir à une façon plus consciente de se nourrir. Ils y sont accompagnés de très près tout au long de ce processus par un instructeur bien connu pour sa compétence, Nicolas Pilartz.
Il se trouve que pendant ce séjour, Vanni, un Italien venu avec sa femme a eu une crise cardiaque, et que les pompiers et médeçins qui l’ont amené et secouru à l’hôpital n’ont pu éviter son décès. Cela a été un choc très fort pour nous tous.
Pour le gendarme qui a constaté le décès, cet accident ne donnait aucunement lieu à enquête ; nous avons appris par sa femme et sa fille, arrivée très vite d’Italie, que Vanni avait déjà eu plusieurs alertes les années précédentes, et qu’elles s’attendaient plus ou moins tôt à une crise peut-être fatale… En tout cas, elles n’ont jamais mis en cause le processus pranique dans la mort de leur mari et père.
Hidgi Chuan est venu à Lentiourel en août 2017, invité par un ex-résident de l’Oasis de Lentiourel, Matthieu Le Bocq, qui l’avait rencontré au festival organisé par Nicolas Pilartz en Italie au mois de juin 2017 :

H.C. et M.L.B., dans une des vidéos diffamatoires de Hidgi Chuan

Ce festival est une rencontre avec des personnes venant du monde entier, qui sont établies dans l’alimentation pranique, c’est-à-dire qui mangent très peu ou que des liquides, voire pas du tout (voir https://www.breatharianworld.com/fr/). Ce résident était revenu de ce festival en dénigrant les intervenants qu’il y avait rencontrés (alors que lui-même était aussi intervenant dans ce festival).
Nicolas Pilartz accompagne des processus praniques depuis plusieurs années, il a eu de nombreuses interviews sur les chaînes de TV italiennes, dans les radios et les journaux, car le thème de la nourriture consciente semble intéresser particulièrement les Italiens.
 Or, pendant ce festival, Hidgi Chuan, venu pour « enquêter » sur le pranisme, s’est retrouvé avec ce résident pour dénigrer le festival et son organisateur.
 Arrivé à Lentiourel avec son équipe de jeunes vidéastes et éditeurs, Hidgi Chuan avait pour projet (que nous ne connaissions pas) de faire une vidéo montrant l’endroit où Vanni s’était trouvé mal, pour illustrer un projet de vidéo contre Nicolas Pilartz, »qu’il ne lâcherait pas jusqu’à sa mort… » selon l’expression qu’il a utilisée avec son éditrice de vidéos.
 Ayant compris son propos, nous lui avons demandé une explication, et il s’est rendu compte que nous considérions Nicolas comme un homme intègre et courageux, et que nous le défendions. Il s’en est alors pris à nous, nous déclarant qu’il allait faire aussi une vidéo contre notre « association » comme il appelait l’Oasis de Lentiourel.
 Et il n’a pas manqué d’exécuter sa menace, mêlant pour abîmer l’Oasis de Lentiourel des calomnies envers les résidents qui n’adhéraient pas à ses propos et sa haine envers Nicolas Pilartz…

Oasis de Lentiourel : au sujet des diffamations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *